La vérité sur la Tondue de Chartres dans Paris Match

Un dossier consacré à la Tondue de Chartres a été opportunément publié dans l’édition (n°3405) de Paris Match du 21 août 2014, à l’occasion du 70ème anniversaire de la célèbre photographie prise par Robert Capa le 16 août 1944 à Chartres. L’auteur du dossier s’appelle Guillaume de Morant, ancien journaliste à L’Écho républicain, le quotidien d’Eure-et-Loir. Il importe de reconstituer la genèse de cet article, « vérité » oblige.

Tout commence en décembre 2012, soit quinze mois après la sortie de la première édition de La tondue 1944-1947 aux éditions Vendémiaire, écrit par Gérard Leray et Philippe Frétigné. Guillaume de Morant prend contact avec Gérard Leray. Le journaliste a acheté par le biais d’Internet une photographie originale, jamais publiée, sur laquelle on voit un groupe de soldats allemands et une rangée de femmes au premier plan. Le cliché date du début de l’année 1942. Il a été pris à Chartres. Et de Morant demande à Leray s’il reconnaît l’endroit. Leray consulte son coéquipier d’écriture Frétigné qui, sans hésiter, désigne le jardin de la Caisse d’Épargne boulevard Chasles.

Leray transmet l’information à de Morant, en lui précisant que figurent sur le cliché deux femmes célèbres. La première, au centre, juste devant le colonel Feldkommandant Ebmeier, est Simone Touseau, la célèbre tondue de Capa. Et la troisième femme (en partant de la gauche) se nomme Ella Amerzin-Meyer. Cette femme de nationalité suisse fut interprète au SIPO-SD (Service de sûreté SS chargé de traquer la Résistance, improprement appelé Gestapo) à Chartres de 1943 à la Libération.

Guillaume de Morant flaire aussitôt le scoop à propos de Simone Touseau. Il se procure le livre de Leray et de Frétigné. Bientôt, il demande à Leray de lui communiquer les coordonnées du bébé (de 68 ans en 2012) de Simone Touseau. Le fameux nouveau-né que tient dans ses bras la Tondue au milieu de la foule. De Morant désire l’interviewer. Leray refuse en arguant que cette personne a droit au respect absolu de son anonymat, selon sa propre volonté. Leray réoriente le journaliste sur Ella-Amerzin-Meyer. L’interprète du SIPO-SD chartrain fut en effet l’amie de Simone Touseau. Elle vit toujours à Hanovre. Elle a aujourd’hui 103 ans. Leray s’est rendu en Allemagne pour la rencontrer. En vain. Par contre, l’historien s’est longuement entretenu avec sa fille Érika, née à Chartres en septembre 1942.

De Morant va à Hanovre dans le sillage de Leray. Il promet à ce dernier que son article à paraître dans Paris Match à l’été 2014 sera centré sur la vie extraordinaire d’Ella Amerzin-Meyer. Promesse non tenue. Au lieu de cela, grâce à sa maîtrise de la généalogie, il réussit à retrouver la trace du bébé de Simone Touseau « au bord de la mer », et le prend en photo. Une photo volée. Une ignominie.

De Morant tient enfin son scoop… Reste que son papier contient deux erreurs de fond.

La première : sur la photo du groupe des soldats allemands et des femmes, Paris Match s’est trompé de femme… La vraie Ella Amerzin-Meyer est située à gauche de la femme désignée par l’hebdo people.

La seconde : page 69, Guillaume de Morant écrit : « Elle (Simone Touseau) a juste le temps de confier son bébé à sa soeur Annette avant de partir rue des Lisses pour être enfermée à la prison. » C’est totalement inexact. En réalité, Simone Touseau, ce 16 août 1944, put rentrer chez elle, avec son enfant. Elle ne fut incarcérée que le 6 septembre suivant.

Sensationnalisme, quand tu nous tiens…

Publicités

3 Réponses to “La vérité sur la Tondue de Chartres dans Paris Match”

  1. le souçis dans ce genre de chasse aux sorcieres est le suivant!

    en cette sombre période de l’épuration!il y a eut des gens dénonçés juste par ce qu’ils ne plaisaient pas !par jalousie ou par idéologie et bien souvent par vengeance aveugle et inconsidérée.
    en outre le procédé barbare de la tonte etait inhumain et peu reluisant pour ses auteurs,souvent des résistants de la derniere heure qui se sont bien courbés devant l’occupant pendant 4ans! mon grand pere qui lui etait un des chefs de la resistance en bourgogne et qui n’est cité dans aucun ouvrage m’en a souvent parlé.
    la resistance aussi a du sang d’innocents sur les mains comme ce boucher assassiné parce qu’il ne voulait pas ravitailler les resistants…………..mon grand pere s’etait opposé par vote a cet assassinat qui a bien eut lieu.
    tout cela pour vous dire que la justice populaire expéditive a souvent condamner des innocents ou des femmes juste coupables d’etres amoureuses!plus tard l armée française en allemagne ou en algérie aura dans ses rangs des soldats mariés a des femmes de ces pays.

    par contre cet femme du sd coupagne de crimes contre l’humanité est restée libre et a aujourd’hui 103 ans !on se demande pourquoi la justice française n’a pas voulu rechercher ces criminels?
    pas plus que les allemands d’ailleurs! a ce titre les meurtiers d’oradour n’ont jamais étés inquiétés………alors !!!!! complicités ???
    ordres du pouvoir en place ??? surement l explication;quelle triste réalité.

    • Marcade.Pasqualini-Haen Says:

      Vous avez totalement raison. De nombreux résistants de la 25ème heure ont mené des actes d’atrocité pour se venger de tout ce qu ils n avaient pas. Ma mère en fut une victime. Sa vie durant elle n’eut pas la force psychologique de s accepter ni accepter les autres, qu ils soient du cercle familiale ou pas.
      Après enquête menée, ma découverte sur cette femme fût tragique. L’affaire fut classée « secret défense » , le Général De Gaulle ne voulant pas de conflits entre citoyens français. Comme le fils de la Tondue de Chartres, ma blessure est profonde et de révéler au grand jour une telle atrocité n est pas possible. Par contre ma descendance connaît l histoire de leur grand-mère tondue a la libération. Depuis ils ont compris le comportement de celle- ci, lequel se rapprochait de la célèbre « tatie Danièle », parfois en pire.

  2. J’avais écrit ce texte il y a une bonne dizaine d’années,sans savoir les conditions de la prise. Merci pour votre site, qui m’a bien instruit.

    …C’est une photo de Robert Capa. A la Libération, la foule poursuit une femme tondue portant son bébé. Vous croyez cette photo banale, mais lentement elle devient terrible. Parce qu’on sait maintenant que, au classement de la saloperie, beaucoup* parmi elles roulaient à l’arrière du peloton, que ces chasses à la femme adultère servirent d’exutoire à la lâcheté ordinaire de bien des Français ordinaires, beaux ouvriers de la onzième heure, voire collabos saisis par la hâte de détourner les regards : faute d’avoir résisté, il était trop tentant de se refaire une virginité en s’en prenant à celle qui avait perdu autant la sienne que ses protecteurs verts-de-gris. Regardez cette foule joyeuse, des hommes, des femmes, des enfants tous souriants, même pas grimaçants, encore une fois ordinaires. Les hommes, pensent-ils qu’ils auraient bien aimé la prendre à leur compte, celle-là ; les femmes, pensent-elles qu’elles auraient bien aimé faire de même ; les enfants, pensent-ils que c’est ça la justice des adultes. Et celui qui l’accompagne, en uniforme : la protège-t-il de pire, ou gueule-t-il plus fort que les autres. Et elle, nue comme jamais malgré ses habits, madone sans sourire, sans autre regard qu’à son petit serré à pleins bras, avec on l’espère l’idée dans son crâne rasé que lui n’y est pour rien.

    Ces ouvriers de la onzième heure, ont-ils un jour regretté d’avoir fait ça ?

    Qu’est-elle devenue ?

    Et l’enfant, avec ce sale paquet-cadeau pour affronter la vie ?

    (On connaît hélas la réponse pour beaucoup : ce sont souvent eux qui payèrent le plus ce en quoi ils étaient le moins.)

    * Et certaines étaient belles : est-ce ça, aussi, qu’on leur faisait payer ? Membres illimitées et toujours renouvelées de la cohorte de celles qui paient tout à la place des mâles…

    Pierre-Marie Bourdaud

    http://tinyurl.com/ouqndhc

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :